Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Transports’ Category

On peut ici parler à la fois du quotidien gratuit distribué surtout dans les transports en commun, ou du métro de Montréal. Il y a quelques jours, dans la section du courrier des lecteurs, un certain M.Sanchez a écrit une lettre ouverte dénonçant l’utilisation exclusive du français dans le métro de Montréal (ce qui ne lui semble pas juste envers les touristes ou encore les étudiants de Concordia et McGill). Ironique, car il y a justement quelques jours, j’y suis moi-même allé d’une montée de lait sur le présent blogue car j’entendais de l’anlgais de la part de conducteurs dans le réseau pourtant toujours francophone du métro de Montréal!

Suite à la publication de la lettre de M.Sanchez, plusieurs personnes ont souhaité lui répondre dans les jours qui ont suivi. Évidemment contre cette position (même dans le cas d’une américaine!), ils lui ont essentiellement expliqué que les grands réseaux de métro du monde ne sombrent pas tous dans l’anglais et utilisent la langue locale, celle de la majorité. Qui plus est, à quel point est-il vraiment difficile d’apprendre ces quelques mots de français, que l’on entend à répétition tous les jours… ou même de demander à quelqu’un (peut-être même en anglais) ce qui vient d’être dit?? Je suis 100% d’accord avec l’opinion de ces gens. Eille!

Ce matin, dans le quotidien Métro, M.Sanchez répond et en remet, affirmant que l’on devrait avoir plus de respect pour ces milliers d’étudiants anglophones qui viennent dépenser leur argent dans notre ville et que la seule raison pourquoi cette situation perdure est due à l’ignorance, l’insécurité et le fanatisme de certains membres de notre société qui sont, par surcroît, refermés sur eux-mêmes.

Ouch.

Euuuh, franchement, en toute objectivité, je ne vois vraiment pas le problème. Notre État, notre société, nos services, tout fonctionne en français, pour une population francophone à environ 80%. Va-t-on vrai-ment se mettre à se mettre à genoux et se plier en deux pour accommoder (ah, tiens, ce mot à la mode) quelques milliers d’anglophones qui ne sont pas capables de comprendre « Prochaine station : Guy-Concordia »?!?

Eh! Oh! On vient vivre au Québec = on apprend quelques mots de français. Point.

Et c’est nous qui manquons de respect et d’ouverture?

Read Full Post »

Bonne nouvelle

André Porlier, anciennement au CRE (Conseil Régional de l’Environnement) de Montréal, devient adjoint au président de la STM! Son rôle sera d’amener un point de vue encore plus vert et durable à l’organisme. Avec tous les dossiers entourant les transports dans la Métropole, cela constitue un bel effort de la part de la STM. Et même si M.Porlier n’aura aucun pouvoir direct, cela démontre tout de même un signal, une volonté du côté de l’organisme. Yé!

Read Full Post »

Après l’Amérique du Nord et l’Europe, voici maintenant le tour de l’Australie de se doter de ce système de partage de vélo public (qui, faut-il vraiment le rappeler, a Montréal comme point d’origine). Minneapolis se dotera de 1000 vélos, répartis sur 75 stations, tandis que Melbourne ira pour 610 vélos sur 52 stations. Les villes étatsuniennes et australiennes étant reconnues pour leur dépendance à la voiture et à leur effroyable étalement, voilà une nouvelle rafraîchissante et encourageante (tout en étant réjouissante pour Montréal!)

Read Full Post »

Je ne parle pas de climat. Mais, dans le contexte de cet immense rassemblement international dans la capitale danoise, j’ai dépoussiéré un document sur lequel j’avais mis la main ce printemps. On y parle de Copenhague, modèle urbain. J’avais alors assisté à une conférence de Jan Gehl, architecte et urbaniste à la renommée mondiale, invité par McGill et le Centre d’écologie urbaine. Non seulement M. Gehl a-t-il fait de Copenhague une référence en matière de qualité de vie urbaine, mais il a également agi à titre de consultant dans plusieurs autres grandes villes (Melbourne, New York, Londres, etc.) Ses champs de spécialisation : la mobilité urbaine, les espaces publics et le développement durable. Une conférence inspirante. Qu’avons-nous donc appris de Copenhague? Assez pour nous faire baver…

Premièrement, la ville a résolument pris position pour le piéton et le cycliste. Sur une période d’une quarantaine d’années, de grandes artères commerciales ont été piétonnisées, l’aménagement de parcs et espaces publics verts s’est multiplié le long des grands axes de transport, les espaces de stationnement n’ont cessé de décroître, etc. Poussant la logique encore plus loin, un plafond concernant le nombre d’automobiles maximal a été imposé dans les quartiers centraux (des caméras contrôlant l’accès auxdits quartiers et les « fermant » une fois le nombre maximal d’autos atteint, ne laissant place qu’aux transports collectifs et aux vélos).

Et c’est justement dans le domaine du vélo que Copenhague a probablement marqué ses plus grands coups. Une multitude de pistes sont empruntées quotidiennement par un pourcentage élevé de la population, et ce, peu importe leur âge. Le long des axes automobiles, les feux de circulation sont programmés selon une vitesse de 20km/h, ce qui favorise grandement les navetteurs sur deux roues. Il est donc possible pour eux de parcourir une grande distance sans jamais ne se buter à un feu rouge, pendant que leurs comparses sur quatre roues (ne roulant pas à 20km/h) se font fréquemment arrêter aux intersections. Et ça ne s’arrête pas là. Copenhague étant une ville nordique, des bonnes bordées peuvent tomber en période hivernale…. mais les pistes cyclables sont TOUTES déneigées! ET, elles le sont AVANT les axes automobiles! Je vous le demande, quand verrons-nous une telle chose dans une ville nord-américaine?? C’est surréaliste.

La différence, en fait, ce qui fait que çà fonctionne là-bas, eh bien c’est probablement parce que les politiciens y croient vraiment. Ils ne font pas que parler en espérant s’attirer des votes. Ils agissent. L’élite danoise elle-même se promène en vélo. Même plusieurs membres du parlement se rendent tous les jours en vélo jusqu’à la Chambre! Encore une fois, quand verrons-nous une telle chose ici? Le seul « dirigeant » à vélo que je connaisse ici est Michel Labrecque, à la tête de la STM.  

Qui sait. Pour la chose climatique comme pour la chose urbaine, peut-être  plusieurs solutions aux problèmes de notre époque finiront-elles par sortir des limites de Copenhague et tous nous influencer pour le mieux. Rêvons.

Read Full Post »

Encore. Pour la SIXIÈME fois en cinq ans, la section récemment rénovée de la Métropolitaine à la hauteur du rond-point l’Acadie s’est retrouvée sous l’eau. Jeudi, suite à une pluie pas nécessairement si intense que ça, on a dû fermer l’autoroute pendant trois heures, et ce, en pleine heure de pointe. C’est que ce chantier nous avait collectivement coûté $116 millions (exactement le double du $58 millions initialement prévu) et qu’à ce prix, on pourrait s’attendre à ce que les ingénieurs aient pris le temps de penser au facteur précipitations!? Surtout dans une ville où une spectaculaire et meurtrière inondation sur Décarie avait marqué l’imaginaire suite à un orage torrentiel en 1987. On apprend, on apprend…

Read Full Post »

Pur bonheur. Suite à un accident de vélo, il y a plusieurs semaines, je donnais dans la procrastination et laissais mon véhicule abîmé sur mon balcon. Trop occupé, disais-je. Je l’ai finalement fait réparer (juste à temps pour les premières bordées de neige, me direz-vous…) et lui ai payé une belle mise au point. Eh bien, c’est comme une Cadillac sur deux roues, maintenant! Je suis allé le récupérer plus tôt aujourd’hui et j’ai dû mettre une partie de mes projets de la journée en plan, trop excité que j’étais à l’idée de profiter de cette belle journée sur Montréal. Il faisait bon dehors. Je me suis donc lancé sur les routes, ce qui me permit de réaliser à quel point il est fou comme la forme physique peut se perdre rapidement 😦 Je me promets de continuer à le sortir aussi longtemps que possible en cet automne anormalement clément. Que c’est beau, Montréal à vélo!

Read Full Post »

Quelle plaie que cette ruine urbaine en plein coeur de la ville. Depuis deux ans, le chantier interrompu de l’Îlot Voyageur, de biais avec la Grande Bibliothèque, nous a laissé en héritage cette chose de huit étages digne des chantiers surendettés de Dubaï (bon, vous comprendrez que je m’énerve un peu). Ce qui devait jadis devenir un pavillon de l’UQAM est devenu une honte. Et maintenant, le ministère des Finances s’est entendu avec le groupe immobilier qui se disait lésé par le retrait de l’UQAM dans ce dossier.

Je me demandais justement ce qu’il advenait de ce charmant bâtiment, pour avoir remarqué que les autobus de la gare centrale avaient commencé à s’y garer par dizaines. Ils en auraient apparemment une permission spéciale, mais aucun voyageur n’est admis à l’intérieur.

Même une fois terminé, cet édifice me désolera. Le rez-de-chaussée, soit l’étage le plus vital car celui généralement en lien et en contact direct avec le trottoir et la rue, ne servira que pour les autobus et il n’entrediendra aucune relation avec la rue. Pas de commerces, pas de belles fenêtres laissant voir toute l’activité à l’intérieur, pas  de grands espaces publics. Que des murs et des voies d’accès pour les autobus. Quel ennui. Et ce, devant le nouveau parc attenant à la Grande Bibliothèque en plus. Pouah!

 

 

Read Full Post »

Du rififi sur les rails

Ouh là! Les ingénieurs de locomotive du CN veulent faire grève dès samedi, ce qui risque de perturber le service sur les lignes des trains de banlieue de l’AMT de Deux-Montagnes et de Mont-Saint-Hilaire. Cependant, l’AMT vient de déposer une injonction pour empêcher les ingénieurs de déclencher cette grève. On veut ainsi s’assurer que le service aux usagers ne sera pas interrompu. À suivre…

Read Full Post »

C’est qu’il s’en passe des choses dans notre ville. Je me sens dans un état d’esprit « melting pot » pour mon billet d’aujourd’hui.

Les deux arrondissements où Projet Montréal a fait élire des maires proposent une nouvelle façon de penser le déneigement. Tout en annonçant des séances d’information publiques à ce sujet, on affirme toutefois déjà l’intention de ne pas charger la neige les fins de semaine (ce qui ne veut pas dire de ne pas déblayer, comme plusieurs énervés le laissent entendre), de privilégier les trottoirs avant les rues (sauf les artères commerciales) et d’attendre des bordées de plus de 15cm (au lieu de 8cm) avant de ramasser la neige dans les camions. Plusieurs ont émis des doutes face à cette nouvelle politique, mais l’avenir nous dira si cette solution fera ses preuves. Après tout, est-ce que ça pourrait vrai-ment être pire que l’hiver dernier?

Parlant de Projet Montréal, je n’avais pas mentionné que Richard Bergeron a été nommé responsable de l’urbanisme au conseil exécutif de la Ville de Montréal (un beau geste de la part de Tremblay). Bien hâte de voir la suite des choses.

La F1. Toujours la F1. Reviendra probeblement, à grands coups (ou coûts!) de congés fiscaux et autres cadeaux. L’annonce serait imminente. Est-ce qu’on ne nous dit pas cela depuis des moiiis? Content de voir où se trouvent les priorités de nos dirigeants.

Les GES. Dans les préparatifs du Sommet de Copenhague, qui s’ouvre dans quelques jours maintenant, Québec vient d’annoncer ses intentions quant aux réductions de gaz à effet de serre. Pour 2020, on vise une réduction de 20% des émissions, ce qui placerait la province en tête de peloton sur tout le continent nord-américain. Je vous entends déjà : « Quoi, ce n’est pas l’Alberta qui mène le bal? » Eeeeh non très chers, nos compatriotes canadiens visant plutôt une réduction de ….3%… et ce, en utilisant 2005 comme référence. Québec, comme le stipulait Kyoto, utilise plutôt 1990 comme année de référence. Tout cela est bien beau pour nous, mais je me demande toujours : COMMENT feront-ils pour réduire de 20%?? OÙ iront-ils couper? Doit-on rappeler que ce même gouvernement nous a proposé Turcot, Notre-Dame, la 30 et la 25, le prolongement de la 20 dans le Bas Saint-Laurent, de la 73 en Beauce, etc?? ET, doit-on rappeler que le Grand Montréal continue de s’étaler et de favoriser une navette quotidienne des travailleurs en voiture? Vous êtes passés par Beloeil, Ste-Julie, Vaudreuil-Dorion, l’Assomption ou Terrebonne récemment? C’est abominable ce qui se passe. Alors réduire nos GES de 20% en quelques années, et ce, dans un contexte où l’étalement est hors de contrôle et où les transports comptent justement pour une très large part de nos émissions? Là, il faudra qu’on nous explique.

Aussi, je parlais récemment des taxis de Montréal, qui adopteront bientôt une image commune au moyen d’une couleur et d’un graphisme ressemblant à ceux du Bixi. Eh bien j’apprends aujourd’hui qu’il n’en sera finalement rien, que les voitures garderont leurs couleurs et que l’on ne fera qu’écrire un gros « taxi » bien visible dessus. Je suis tellement déçu. Une autre occasion de ratée côté design.

Et rien de neuf côté maison. On continue de visiter, on a vu de belles choses et de moins belles, on a fait une offre que l’on a finalement perdue aux mains d’un bourgeois… bref. On continue. Notre critère de quartier reste inchangé et immuable. Pour le moment, on cherche encore au même endroit… jusqu’à épuisement.

Alors voilà, je retourne à ma fin de session!

 

 

Read Full Post »

Par cette énième belle journée de novembre (où je reste encore une fois confiné à mon bureau et ma salle de classe), je ne fais qu’une petite mise à jour de passage quant à nos deux « T » : Turcot et Tremblay.

D’abord, le BAPE a récemment rendu public (du moins, la ministre Beauchamp l’a finalement rendu public) son rapport quant au projet proposé par le MTQ pour l’avenir de l’échangeur Turcot. Sans grande surprise, on demande au MTQ de retourner au travail car le projet proposé ne cadre pas du tout avec la réalité, les besoins et les intérêts des montréalais. Et si on consultait les gens, aussi, avant de proposer d’immenses projets d’infrastructures publiques.

Quant à Tremblay, qui est sur le point d’annoncer la composition de son nouveau conseil éxecutif, plusieurs rumeurs indiqueraient qu’il s’auto-nominerait chef de son propre conseil. Ce serait là la première fois qu’un maire occuperait ce poste (en plus de ses fonctions comme élu). Tout ceci, dit-il, serait un message qu’il veut envoyer à la population comme quoi il aura dorénavant le contrôle sur tout ce qui se passe à la Ville. Hmmm. Volonté réelle, ou « power trip »? Reste à voir s’il accordera une place aux partis d’opposition, tel que plusieurs le lui demandent (vu la faiblesse de son mandat).

Read Full Post »

Older Posts »